Histoire de la race

Max von Stephanitz avec Horand

L’histoire du Berger Blanc suisse commence en Allemagne dans la dernière décennie du XIXe siècle, quand un officier de cavalerie prussien, le capitaine Max von STEPHANITZ, entreprit de créer le chien idéal, qu’il voulait surdoué, intelligent, sain de corps et d’esprit d’allure noble et élégante.

Pour ce faire il croisa entre eux des chiens de ferme très différents les uns des autres tant par la couleur que par la morphologie. C’est ainsi qu’il obtint le plus polyvalent des chiens de travail, le Berger Allemand.

Horand von Grafath

Lors de l’établissement du premier standard, les chiens de couleur blanche furent exclus. Un fait est cependant établi : Grief, le grand-père de Horand von GRAFRATH premier représentant de la race Berger Allemand inscrit au Livre des origines, était un chien blanc unicolore, et des Bergers Blancs apparaissaient régulièrement dans les portées de Bergers Allemands.

Les premiers spécimens de Bergers Blancs ont débarqué en Amérique du Nord dès les années 1910- 1920. L’American Kennel Club (AKC) inscrivit les premiers d’entre eux sur ses registres en 1917. Pendant cette période, le Berger Blanc était devenu quasiment introuvable en Europe.

Sa disparition résultait du fait que les puristes éliminaient les chiots blancs à la naissance. Les reproducteurs réapparus dans les années 80 en Europe étaient tous d’origine nord-américaine ou canadienne.

Le Berger Blanc a été officiellement reconnu par la FCI fin 2002 sous le nom de « Berger Blanc Suisse ».

Source : Société Centrale Canine